Le sacrement des malades est une grâce de réconfort, de courage et de paix qui est donnée pour faire face aux difficultés de la maladie. Il est  signe de la tendresse du Père.

Le sacrement de l’onction des malades a longtemps été associé à l’extrême onction, par conséquent à tout ce qui touche à la mort. Or ce sacrement n’est pas réservé aux mourants !

« Si l’un de vous est malade, qu’il fasse appeler les anciens de la communauté qui prieront pour lui en pratiquant une onction d’huile au nom du Seigneur. Leurs prières, inspirées par la foi, sauveront le malade, le Seigneur le relèvera, et s’il a commis des péchés, ils lui seront pardonnés. » Jc 5, 14-15

L’onction des malades

Le sacrement des malades a pour but de donner une aide spéciale au chrétien confronté aux difficultés d’une maladie grave ou de la vieillesse. Il manifeste la présence du Seigneur à nos côtés dans les moments d’épreuve que sont la maladie ou la vieillesse.

Il peut être proposé à différentes périodes de la vie et il est possible de le recevoir plusieurs fois :

  • quand une personne apprend qu’elle est atteinte d’une maladie grave ou doit subir une grave opération

  • quand la maladie devient trop dure à supporter ou s’aggrave

  • quand une souffrance morale devient trop lourde

  • quand la vieillesse arrive, pour accepter la fragilité due au grand âge

La célébration

L’imposition des mains

signe de la bénédiction et de la force de Dieu

L’imposition des mains est un geste souvent utilisée par Jésus, pour bénir, mais aussi pour guérir les malades. C’est un beau geste, un peu solennel, qui prend en compte le corps et l’esprit.

l’onction d'huile

sur le front et dans les paumes des mains, signe de la miséricorde de Dieu

Consacrée par l’évêque lors de la messe chrismale annuelle, l’huile dite des malades apporte force et douceur. Elle pénètre la peau, répand sa bonne odeur, fortifie le corps.

une parole sacramentelle

qui accompagne ces 2 gestes

« Par cette onction sainte, que le Seigneur en sa grande bonté, vous réconforte par la grâce de l’Esprit Saint. Ainsi, vous ayant libéré de tous péchés, qu’il vous sauve et vous relève. Désormais la force de Dieu agit dans votre faiblesse. »

Pour quelle guérison ?

« Venez à moi vous qui peinez sous le poids du fardeau et je vous soulagerai »  Mt 11, 28

Alors que la maladie apporte souffrance, inquiétude et peut même entamer le goût de vivre, le sacrement rappelle la dignité de chacun, raffermit la confiance, donne la force de supporter son épreuve et l’assurance que le Christ est présent à nos côtés. Il pacifie et réconcilie le malade avec lui-même, avec les autres et avec Dieu.

« Mon mari a été hospitalisé dernièrement pour une aggravation de sa maladie. Il a demandé à rencontrer l’aumônier. Il a reçu l’onction des malades dans sa chambre de l’hôpital. Pour cette célébration, nous étions une petite assemblée avec lui : notre fille, un couple d’amis très chers et moi-même. Cette célébration fut belle, émouvante et source de grâce pour rester dans l’espérance. Mon mari en a été apaisé, réconforté et a puisé dans ce sacrement une sérénité pour la suite de son combat contre la maladie dans un abandon à l’amour de Dieu. Moi-même y ai trouvé une vraie joie profonde et une force pour vivre chaque jour. »

Un paroissienne, Paroisse de Poissy

L’onction peut être administrée lors d’une célébration dans la paroisse ou avec l’aumônerie de l’hôpital, à domicile ou lors d’un pèlerinage, comme à Lourdes.

Chacun peut être attentif pour proposer ce sacrement à des personnes qui en auraient besoin.

Contacter la paroisse